Voici un outil gratuit pour apprendre une nouvelle langue en l’espace de quelques semaines.

Cette technique a toujours fonctionné comme par magie pour moi, même si je n’avais pas d’autres ressources d’apprentissage (comme apprendre en quatrième vitesse le marwari dans un bus parcourant le Rajasthan). Lancez-vous et voyez ce qui peut arriver.

L1”: Votre langue maternelle
“L2”: La langue que vous apprenez

  1. Imprimez la prolist, verso uniquement
  2. Remplissez L2 à côté de L1.
    Ne traduisez pas qu’un seul mot pour L1. Essayez plutôt de trouver une façon d’exprimer la signification. Parfois il n’y a pas de traduction directe. Parfois il y a de multiples traductions avec des nuances différentes. Donc n’utilisez pas Google Translate. Je recommande de trouver ces mots sur tatoeba.org, ou des dictionnaires plus spécifiques offrant des exemples de phrases. 10% de ce que vous remplissez pourrait être encore incorrect. Ce n’est pas grave, vous apprendrez en chemin, et pourrez toujours effacer et réécrire la correcte signification.
  3. Utilisez L2 le plus possible.
    C’est vraiment l’étape 0. Utiliser la langue est la meilleure façon de s’en souvenir et la meilleure façon de vous gardez motivé. Si vous ne savez pas comment dire quelque chose, regardez la prolist (mieux vaut toujours l’avoir sur soi). Si vous avez besoin de mots qui se sont pas sur la liste, cherchez-les.
    • Si vous connaissez quelqu’un qui parle la langue de L2: un ami, un bum, le propriétaire du Deli du coin, même un forcené dont ce n’est pas la langue maternelle— parlez avec eux.  »Plus » est mieux que  »correct ». Vous apprendrez les phrases  »Je ne comprends pas » et  »pouvez-vous parler plus lentement » au besoin.
    • Ou trouvez quelqu’un avec qui pratiquer par skype. Essayez  italki.com.
    • Prenez l’habitude de vous parler à vous-même tout le temps dans la langue de L2. Si vous conduisez vers un magasin, dites  »Je conduis vers le magasin ». Chantez des chansons avec ce que vous apprenez.
    • Traduisez ce que vous observez  »Cet homme est assis dans un parc avec un sandwich, mais il ne semble pas heureux ».
    • Si quelqu’un vous crie après  »tu es toujours paresseux et n’écoutes jamais ce que je dis », traduisez le en L2. Tout devient une excuse pour pratiquer.

VERSION CONDENSCÉE

Le noyau de la prolist. Vous pouvez normalement l’apprendre en un jour et l’utiliser dans ses nombreuses variations utiles:

Un exemple trouvé d’une prolist Anglais (L1) – Turque (L2) que j’ai rempli. Il manque la première et la 4e page:

Première page — J’ai noté les multiple nuances en turque du verbe « voir »

Pour les verbes et règles de grammaire, etc, écrivez-les sur une autre page. Simplifiez-les le plus possible, puis transposez les au dos de la première page. Il n’y a pas de bonne façon de faire cela, personnellement j’utilise mes propres symboles.

3e page — « more/most » etc sont ajoutés, car j’ai considéré en avoir besoin

Group words (2nd page): “clothes, colors, counting, time/date/weekdays, weather” I will list in boxes on the back of the other pages. Then write a check by the group.

 »Je ne comprends pas » et  »pouvez-vous parler plus lentement » sont des phrases bonnes à savoir le plus tôt possible, pour vous aider à utiliser L2. Utilisez un espace supplémentaire pour ajouter ce que vous croyez avez besoin.

PROFITEZ DE L’ACTION, OUBLIEZ LE RESULTAT

Utiliser ce que vous savez déjà devrait être plus amusant que le fantasme d’être déjà fluide dans une langue (ce n’est qu’un simple buzz qui part rapidement). Tout le monde peut fantasmer, et ça ne les mène nulle part. Parler une langue est comme connaître un tour de magie, même les bases sont cool à utiliser.

Ou admettons que vous aimez jouer aux jeux vidéos. Si un personnage du jeu vous apprend  »pesez sur X (saut) pour continuer… » vous n’allez pas juste  »sauter pour continuer », vous allez sauter tout le temps. Puis vous voudrez apprendre davantage.

Utiliser tout ce que vous savez, peu importe si la phrase est ridicule. Si tout ce que vous savez est  »Je »,  »eau » et le verbe être. Dites  »Je suis eau » et imaginez-vous en train de vous transformer en rivière. Si vous apprenez  »chat », mais pas encore les mots relatifs à la nourriture, dites  »Je veux manger ton chat ».

« Je suis eau »


LE BON ORDRE

Essayez d’utiliser L2 pour exprimer vos idées tout d’abord, puis regardez ce que vous ne savez pas.

C’est temptant de faire le contraire: couvrir L2 d’une main, tester votre connaissance de la liste et utiliser mécaniquement votre mémoire pour ce que vous ne mémoriez pas. C’est comme un bébé qui regarderait des notes sur comment marcher sans marcher réellement. Avancez à la partie amusante.

Dans le même ordre d’idées, pas besoin de comprendre toutes les règles entourant la prononciation dans un premier temps. Apprenez la prononciation mot par mot de ce que vous avez besoin de savoir. Forvo.com est un bon site de référence pour ça.

TECHNIQUES DE MÉMOIRE

La meilleure technique de mémoire est d’utiliser la langue. N’importe quoi d’autre devrait n’être qu’une béquille pour préserver L2 dans votre tête jusqu’à ce que vous puissiez l’utiliser le plus tôt possible.

La meilleure « béquille de mémoire » que j’utilise pour les mots compliqués: connectez la façon dont sonne L2 à la signification de L1, puis placez cette image dans un lieu.

Par exemple, disons que vous tentez de mémoriser le mot  »susu » en Indonesien qui veut dire  »lait ».’

1. »Susu » est comme  »suce » ou  »sucer » Imaginez que la seule façon de boire du lait est à même une grosse suce qui donnerait du lait à même le frigo. Imaginez des gens qui boivent du lait à même une grosse suce.

2.Placer cette suce ridicule sur votre frigidaire (ou tout autre endroit stratégique).
Plus l’exemple est stupide ou embarassant, plus vous en vous souviendrez.

Un peu plus de travail, mais c’est un stéroîde pour la mémoire. Quand je commence à apprendre une nouvelle langue, parfois je me penche sur les mots difficiles d’une prolist, me rend dans un café, puis créer des images pour chaque mot et les place dans l’espace de ce café – quelqu’un qui dort sur la table, quelque chose qui bloque la porte. Je ne les oublie jamais par la suite – considérant que je les utilise plus tard dans un vrai contexte.